Attirer de nouvelles personnes, les inciter à devenir bénévole, la question taraude plus d’un président de club. Voici l’exemple de ce qui se passe dans le club de football de Changé en Mayenne. Jean-Yves Lecoq, l’un des coprésidents me reçoit pour évoquer cette question.

Le club s’est bien développé ces dernières années et vient de dépasser le seuil des 500 licenciés. Cette réussite n’est pas possible sans un solide encadrement bénévole. Jean-Yves Lecoq nous dresse le portrait de son club : « Depuis 2014, une nouvelle équipe est arrivée, avec un nouveau projet. Un projet conçu par des gens d’ici pour des gens d’ici. En respectant des principes de bon sens, un projet durable, la priorité donnée à l’école de foot, la préformation. Et des finances saines, pour pouvoir durer. Nous avons atteint les 500 licenciés cette saison et le club est revenu en N3 plus tôt que prévu. »

Toutes les équipes de jeunes disposent d’un éducateur et d’un référent. Les bénévoles sont actifs.

Trois parents de joueurs

Nicolas, Jérémy et François sont trois initiateurs bénévoles. Ils évoquent ce qui les a poussés à devenir bénévoles.

Ils ont trouvé à Changé des gens compétents et sympathiques. Si la structure et l’encadrement sont déficients, des parents de joueurs, anciens footballeurs eux-mêmes, le détectent rapidement.

L’ambiance est globalement le facteur clé pour donner envie de devenir bénévole. Si dans votre club, l’ambiance n’y est pas, que des clans se sont formés, ou qu’il y ait des conflits, alors les nouveaux venus le ressentent et ne voudront pas s’y associer.

Comme le souligne Nicolas : « Changé est comme une famille. Il y a des joueurs qui partent. Mais ils reviennent souvent car on a une super ambiance. »

Mais l’ambiance ne fait pas tout, il faut savoir briser la glace. Les parents qui ne connaissent pas encore le club ne s’intègrent pas facilement. C’est alors l’attitude des bénévoles et des cadres en place qui va faire la différence.

Les trois bénévoles m’expliquent que tous les parents de leur groupe participent aux activités du club, ne serait-ce que pour le transport des enfants pour les matchs. Les parents déjà expérimentés parlent aux nouveaux parents. Ils ne laissent personne sur la touche.

En faisant connaissance, les nouveaux venus sont mis en confiance et au bout de quelques séances, ils acceptent volontiers d’aider. Si je leur demande ce qui a fait qu’ils sont un jour devenus bénévole pour la première fois, tous avouent que quelqu’un les a sollicités.

Si vous attendez que les parents ou que des joueurs se déclarent spontanément comme bénévoles, cela ne marche pas, exception faite des anciens bénévoles.

Gilbert, autre bénévole du club, nous donne un contre-exemple qui illustre bien l’importance de l’attitude des bénévoles en place.  Il cite le cas d’un autre club, pour lequel il a dit très clairement qu’il pouvait donner un coup de main dès qu’on le lui demanderait. Mais personne n’est venu le chercher. Il attend toujours. Autrement dit, ne pas employer une personne volontaire est le meilleur moyen de la perdre.

 Un fonctionnement bien structuré

Ce qui leur plait, c’est que tous savent qu’ils disposent d’un référent, qui peut être soit un cadre salarié, soit un bénévole expérimenté, mais une personne à qui ils peuvent s’adresser pour toute question.

Ils apprécient les réunions techniques de début de saison. Elles leur permettent de comprendre ce que l’on va faire et comment on va procéder.

De la convivialité

« Pendant l’école de foot, tous les mercredis après-midi, la cafetière est branchée en permanence ». Sans être luxueux, les locaux de Changé sont bien adaptés, propres et chauffés. Cela permet d’attirer les mamans aussi. « L’ambiance est vraiment familiale, ma femme connait tout le monde ».

Ce qui entretien l’envie

Le point commun de ces trois bénévoles est que leurs enfants jouent au club. Le club communique bien vis-à-vis de ses bénévoles, pourtant ils pensent que « même si on communique il faut avoir envie. »

Et ce qui entretien leur envie tiens d’abord au fait que leur enfant est content, qu’il y a de nombreux enfants inscrits, et que l’image du club est très bonne à l’extérieur.

J’ai senti chez eux de la fierté de faire partie de l’US Changé Football. Aucun ne m’a parlé de performance. Et l’on comprend mieux la réussite d’un projet sportif fondé sur le plaisir du jeu et l’esprit d’équipe.

La recette magique ?

Non, il n’y a pas de recette magique. J’ai déjà rencontré des clubs qui partagent cette particularité de réussir bien que leur projet ne donne pas la priorité à la performance. Aucun n’a de problème de bénévolat. La réussite attire naturellement. Mais la réussite tient d’abord à un projet clair, dans lequel chacun peut se reconnaitre, y adhérer, un projet largement diffusé. Pas seulement en assemblée générale, mais mis en pratique au quotidien.

Attirer de nouveaux bénévoles est une question d’organisation et d’attitude. Mais si vous avez laissé quelques freins à l’engagement (voir mes vidéos sur le sujet), ou si vous ne vous adressez pas à la bonne personne au bon moment, cela ne peut pas marcher. A suivre donc.

Thierry Nauleau

Voir et lire aussi >>

Comment recruter des entraineurs bénévoles ?

La fidélisation des cadres bénévoles

La gestion des bénévoles

 

Ce qui donne envie de devenir bénévole
Étiqueté avec :                            

Un avis sur « Ce qui donne envie de devenir bénévole »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.