Animer un réseau social c’est animer une communauté et travailler à développer les liens entre les gens, vos abonnés. On ne nait pas community manager, on le devient.

Les réseaux sociaux sont des outils, puissants, dont il faut apprendre le maniement si l’on veut en faire un levier de communication et de développement pour l’association et non pas un poids supplémentaire.

Que recouvre la mission de community manager et comment l’adapter à un club sportif ?

figure1community_managerÊtre en veille pour être informé de ce qui se dit des sujets qui concernent le club ou votre sport. Ce qui permet de comprendre et de qualifier des attentes des pratiquants ou de vos futurs pratiquants. Se contenter de regarder le profil réseau du club n’est pas ce que l’on peut appeler de la veille.

Il doit aussi créer du contenu, des articles, des reportages photos ou vidéo, des infos, des conseils, des bons plans, etc., que vous aurez préparé à l’avance.

figure2community_manager
La répartition des principales tâches d’un community manager

Et enfin il doit répondre à toutes les observations ou questions qui sont adressées à l’association par le biais du mail ou des réseaux sociaux.

Il est donc à la fois un porte-parole de l’association, lorsqu’il publie du contenu ou qu’il répond aux internautes, et c’est un spécialiste des fonctionnalités de l’Internet lorsqu’il recherche ce qui se dit ou qu’il met en place les dispositifs qui vont promouvoir le club.

Dès lors, vous comprenez pourquoi il est important de réunir les connaissances de la pratique sportive, celles de l’histoire et des valeurs de l’association, son projet, les connaissances des outils et médias sociaux et la disponibilité pour rendre tout cela possible.

Un bénévole unique qui réunit toutes ces qualités a de fortes probabilités d’être déjà dirigeant du club, donc insuffisamment disponible pour réaliser correctement ce triptyque. Comment faire ?

Faisons appel à un schéma d’organisation classique de l’association, le qui fait quoi ?

Recensons et quantifions ce qui est nécessaire à la fonction. Il apparait très vite que l’on peut fractionner et répartir les tâches. Reste ensuite à coordonner tout ce petit monde pour que la réactivité soit la meilleure possible, et quoi qu’il en soit, que les réponses interviennent dans un délai maximum de 24 heures.

figure3community_manager

Comme pour toute action coordonnée, vous lui donnerez de l’efficacité si vous avez un chef d’orchestre qui ne fait pas le travail mais qui s’assure que les choses avancent et qui doit trouver les moyens de débloquer une situation.

Un détail, qui n’en n’est pas un, la plupart des réseaux sociaux ne montrent au visiteur que ce qui est demandé par le plus grand nombre. C’est-à-dire que ce n’est pas parce que la page Facebook de l’association compte 500 fans que chacune de ces 500 personnes verra tous les articles que vous publierez.

C’est pourquoi il est important d’entretenir le lien que vous avez avec les abonnés, les fans ou les followers. Ils verront plus fréquemment vos informations s’ils réagissent à vos publications. Chacun des trois volets du triptyque est important.

  • Si vous n’êtes pas en veille, vous passez à côté des problématiques qui sont importantes pour vos visiteurs.
  • Si vous ne produisez pas de contenus attractifs, personne de viendra visiter vos pages.
  • Et si vous ne répondez pas aux questions, aux commentaires ou aux récriminations, vous vous exposez à la mauvaise réputation.

Comme le prouve l’exemple du Hennebont-Lochrist Handball, une action de communication bien conçue et bien exécutée participe au développement de l’association.

Être un community manager efficace pour votre association
Étiqueté avec :                                

2 pesnées sur “Être un community manager efficace pour votre association

Laisser un commentaire