Les bénévoles constituent la ressource la plus précieuse des clubs sportifs amateurs. Pourtant, les clubs attendent tellement de leur part que leur fidélisation semble couler de source, au point de la négliger. Ou du moins, ce n’est pas la priorité du conseil d’administration de l’association.

Pourquoi les bénévoles partent-ils ?

On compte sur le fait que l’on se connait pour insister, juste ce qu’il faut, afin que nos précieux bénévoles fassent encore une saison de plus. Cette forme de pression, aussi amicale soit elle, constitue pour beaucoup de bénévoles autant de renoncements qui, lorsqu’ils s’accumulent, amènent la personne toujours plus près de l’abandon.

L’article « Les mécanismes de la fidélisation vous aident au recrutement des pratiquants » insiste sur un point important qui est tout à fait transposable ici. Si les conditions de la fidélisation ne sont pas réunies, alors le recrutement de nouveaux bénévoles restera sans effet significatif à long terme. C’est une bonne raison pour chercher à comprendre ce qui motive les bénévoles et quelles sont les conditions dans lesquelles ils vont se révéler performants.

La raison que j’entends le plus fréquemment dans les associations sportives est la mauvaise ambiance. Cette mauvaise ambiance peut avoir des origines très différentes mais lorsqu’elles se conjuguent, cela précipite l’intention du bénévole d’arrêter son activité.

  • Surcharge de travail
  • Désorganisation
  • Mauvais résultats sportifs
  • Conflits de personnes

Lorsque l’enfant arrête de pratiquer, le parent ne reste bénévole au sein du club que dans 20 à 25 % des cas (selon mon estimation). Cela fait partie du renouvellement structurel que l’on peut anticiper.

Il faut parler avec les bénévoles pour comprendre ce qui les motive et les raisons de leur désintérêt. C’est relativement facile avec les personnes qui sont en place depuis plusieurs années et que l’on connait bien. Ça l’est moins avec des nouveaux venus. Les occasions sont plus rares et pour cette raison je m’abstiendrai de toute statistique.

Néanmoins une impression domine, lorsque les gens ne sentent pas à leur place, leur motivation décroit assez rapidement.

Ce que les bénévoles aiment

Pour beaucoup de bénévoles, leur engagement est l’histoire d’une passion, pour un sport mais surtout pour un club de cœur. Cet engagement trouve aussi sa raison dans l’envie de donner à son tour une partie de ce que l’on a reçu du club. Et cela même pour les jeunes générations.

Les clubs sont encore très largement administrés par des personnes de la génération du baby-boom. Ils ont en commun le respect des règles et de la parole donnée, même s’il leur en coute.

Lorsque leurs cadets, et maintenant la génération Y, donnent de leur temps, cet engagement est souvent assorti d’une attente, d’un retour qui n’est pas toujours exprimé. Ce qui explique encore l’importance du retour d’information pour fidéliser ses adhérents.

Tous ont en commun le besoin de se retrouver dans une bonne ambiance, un cadre chaleureux. La convivialité, si chère au cœur des présidents de clubs, n’est pas toujours utilisée pour cimenter les relations entre bénévoles. Elle l’est bien plus pour ce qui est de l’accueil.

Quelques règles pour fidéliser vos cadres bénévoles

Les clubs qui réussissent ont travaillé leurs points forts. L’ambiance et l’environnement de travail sont deux points structurants de la fidélisation des cadres bénévoles.

Les éducateurs du F2C

Je cite André Falcomata, l’un des co-présidents du Football-Club du Chéran (74), « Lorsque vous avez une bonne équipe d’entraîneurs et de bénévoles qui se réunissent chaque semaine dans une bonne ambiance, vous n’avez rapidement qu’une envie : faire partie du groupe ! ».

Mettez les bonnes personnes à la bonne place ! C’est le troisième élément qui forgera leur motivation. Le casting est important, surtout pour les postes de cadres techniques. Les qualités humaines sont aussi importantes que les qualités techniques. En cela la valeur n’attend pas le nombre des années. Dans la plupart des sports collectifs, il est possible d’encadrer ou d’arbitrer dès l’âge de 16 ans.

La formation du bénévole l’est tout autant. Par formation, entendez la formation qui lui donne toutes les connaissances et les compétences nécessaires à la réalisation de sa mission, ainsi que toute les formations ultérieures et complémentaires, comme pour à son tour transmettre et animer une équipe de bénévoles.

Thierry Nauleau

Voir aussi >>

La gestion des bénévoles

Comment recruter des entraineurs bénévoles ?

La fidélisation des cadres bénévoles
Étiqueté avec :                            

Une pensée sur “La fidélisation des cadres bénévoles

Laisser un commentaire