Pourquoi fait-on du sport ? Qu’est-ce notre sport favori nous apporte ? Pourquoi choisissons-nous un sport plutôt qu’un autre ? Pour un dirigeant de club, la réponse à ces questions permet d’adapter les activités du club dans le but de fidéliser ses adhérents.

Laissons un peu de côté les statistiques qui ne mesurent que l’aspect quantitatif des choses pour nous intéresser à ce que pensent les gens, à ce qu’ils font au quotidien.

Jeunes ou seniors, il y a toujours une motivation personnelle, profonde, une aspiration qui change au cours de l’année comme au fil des ans et qui guide les actes de la personne.

L’envie de se dépasser, de vaincre, de partager, de se retrouver entre amis ou connaissances est à la base de tout. Les structures fédérales ont organisé le sport pour enseigner les techniques de jeu, pour organiser les compétitions, mais les clubs sont livrés à eux-mêmes lorsqu’il s’agit de structurer l’accueil, développer la convivialité et entretenir la motivation des pratiquants.

Presque toujours, la réussite d’un club est une histoire d’hommes ou de femmes qui disposent de compétences de management éprouvées et qui on l’envie d’emmener dans leur projet une équipe de personnes. La relation entre les individus, la qualité de la communication détermine bien souvent la dynamique collective. Compétences et émulation sont les clés de la réussite des clubs que nous citons en référence.

Cela commence avec la base. C’est avec les nouveaux pratiquants que le travail de motivation porte ses fruits. Si vous attendez que vos adhérents soient bien formés pour travailler l’envie et la fidélisation, vous perdez des licenciés. Et très souvent pour des raisons autres que l’apprentissage de la pratique elle-même.

A la base de l’envie, il y a le plaisir, celui d’être ensemble, et celui de maitriser le geste technique. Cette envie, ce plaisir sont diverses et propres à chaque individu. La motivation ne se décrète pas. Elle doit être entretenue. Pour les nouveaux pratiquants, qui ne maitrisent pas encore le geste technique, la motivation sera apportée par les entraineurs et les éducateurs sportifs. Ce sont les maillons essentiels de la chaine de fidélisation. La relation avec un entraîneur à l’écoute sera toujours plus riche et motivante pour le sportif que la relation avec une application de coaching.

Car à l’envie d’améliorer sa technique et ses performances, il faut ajouter désormais l’envie de pratiquer pour soi, pour les bienfaits que la pratique régulière d’un sport nous apporte. Le succès des pratiques individuelles vient de là. Écoutez les commentaires de cette vidéo. Le journaliste et le coach interviewé donnent les raisons du succès de ces pratiques individuelles. Tout est affaire de motivation. (L’extrait vidéo intéressant démarre à partir de 8 minutes 40. Si vous le pouvez, prenez le temps de voir le sujet depuis le début.) Ce succès est conforté par l’apparition des applications mobiles de coaching et des objets connectés qui accompagnent le sportif.

L’envie du sportif est alimentée par l’amélioration de son score personnel ou de ses performances jour après jour. L’usage des réseaux sociaux pour se retrouver, pour commenter, pour voir toujours plus d’images de ses activités favorites, est généralisé.

Le succès du coaching individuel découle complétement de la difficulté qu’on des individus à se forger une motivation personnelle ou qu’ils ne trouvent pas en club.

Le pratiquant diversifie son approche et sa façon de consommer du sport. Ne pas en tenir compte nous emmène dans une impasse.

L’innovation n’est plus seulement dans les accessoires matériels, elle est dans les modes de vie et dans l’usage des technologies Internet. C’est un effort d’adaptation supplémentaire à entreprendre, mais c’est un effort payant. Parce que le club apporte ainsi à l’adhérent ce qu’il attend d’une pratique sportive.

Quelques rares entraineurs de clubs utilisent des applications mobiles, ou produisent leurs propres vidéos d’entrainement. Ce sont pourtant des contenus que les sportifs attendent et consultent déjà en ligne. Certes il faut du temps et des moyens pour réaliser ces nouveaux outils, mais c’est toujours plus facile à faire à plusieurs en club qu’en solo.

Donnez envie à vos pratiquants de jouer et de se retrouver. C’est une des clés de la fidélisation.

Et pour les bénévoles ? Cela fonctionne aussi. On en reparle prochainement.

Thierry Nauleau

L’envie, le premier moteur du pratiquant
Étiqueté avec :                

Laisser un commentaire