Cette affirmation sert d’introduction à l’émission « Point de vue », diffusée par Mont-Blanc Live TV en octobre 2018. Anne Galienne, co-directrice de l’agence PopRock, apporte quelques éléments de compréhension, qui surprendront certains d‘entre vous, et nous nous rendrons compte que cette problématique du renouvellement des jeunes pratiquants est transposable à tous les sports.

Certains clubs et certains sports sont vieillissants, notamment par ce qu’ils ne parviennent pas à renouveler les nouveaux et jeunes pratiquants. L’impact économique de cette question peut faire vaciller un club, une ligue ou une fédération. Alors pourquoi partent-ils et est-il possible d’inverser cette tendance ?

Pourquoi les jeunes ne vont plus au ski ?

Poser cette question revient à poser la question des sports de nature, et en particulier des activités en montagne. L’approche de l’agence Pop Rock a été de s’intéresser aux représentations et aux usages des jeunes vis-à-vis de la montagne.

Les jeunes urbains ont un rapport à la nature très limité, Anne Galienne évoque le fait que pour 75% des jeunes urbains, aller dehors c’est simplement être dehors, hors de chez eux, dans la rue ou dans un parc.

D’une façon générale, les pratiques sportives qui se développent sont également les plus faciles à mettre en images. Car elles sont associées à la vidéo. Elles offrent la capacité à l’individu de se mettre en scène. Comme le résume bien le journaliste Sébastien Voinot (@Seb_Voinot), « si l’on ne peut pas utiliser son smartphone, cela n’a pas d’intérêt ».

Transposé à tous les sports, on voit bien là le décalage de perception entre la vision qu’ont les dirigeants des clubs sportifs d’une pratique, et la représentation du sport qu’en ont les jeunes.

La montagne (le sport ?) n’est pas dans le quotidien des jeunes

C’est le constat fait par Anne Galienne, et principalement par ce qu’ils n’ont pas eu l’occasion d’y aller ou que leur entourage ne leur en a pas parlé. Ils n’y ont pas été sensibilisés. Les dirigeants et bénévoles des clubs ont déjà observé que les enfants de dirigeants ou d’entraineurs deviennent fréquemment des pratiquants, de la même façon que les enfants de musiciens deviennent fréquemment musiciens. Pas de montagne = pas de ski !

L’entourage, famille et amis, mais aussi les autres contacts qu’ils peuvent avoir, en particulier sur le temps scolaire, sont déterminants dans le choix personnel (par opposition à une décision parentale) d’une pratique sportive. Déjà notre enquête de 2014 auprès des jeunes franciliens licenciés de la Fédération Française de Vol en Planeur montrait que 83 % des jeunes de moins de 20 ans choisissaient une pratique sportive sur la recommandation d’un proche.

L’une des questions clefs pour la reconquête de ces publics est donc de cerner la façon dont ils entrent en contact avec un sport, pas seulement par les cycles de pratique en milieux scolaire ou périscolaire, mais par l’imaginaire que le sport représente pour l’adolescent. L’autre mot clef de compréhension est donc l’image.

Heidi, Belle et Sébastien, et les Bronzés font du ski !

Voilà bien des références du passé pour une population de jeunes urbains. En dépit des heures de vidéos et de sujets sur les pratiques snow et ski, ce sont ces références qui sont sorties du lot.

A l’évidence, les films sur votre discipline sportive ne sont vus que par les pratiquants ! Ils ne permettent pas de capter de nouveaux publics ! Tout au plus peuvent-ils accélérer la venue au sport de personnes déjà conquises.

Permettre aux jeunes de se connecter à leurs semblables

La bonne idée de l’agence Pop Rock est d’avoir posé la question de ce qui pousse les jeunes à sortir de chez eux. De ne pas être focalisé sur la seule pratique sportive étudiée.

Les jeunes n’ont pas connu le monde sans l’internet. La rencontre peut se faire aussi bien au lycée, qu’en soirée ou sur les réseaux sociaux. Quel que soit le sport, nos enquêtes montrent que l’envie d’être ensemble et de se défouler sont les principales motivations des jeunes pour une pratique sportive. Ne grillez pas les étapes en voulant en faire des compétiteurs. Laissez-leur le temps de maitriser leur sport avant de leur proposer plus. C’est un gage de fidélisation.

Vous les attirerez d’autant plus facilement qu’ils auront envie de partager ce qu’ils vivent en club. Plus l’expérience du jeune pratiquant sera variée et riche, plus il aura envie de partager ses « aventures ». Ce que Anne Galienne appelle « l’art du récit ». « Je parle de mon expérience. » Comprendre : je parle de ma pratique, de mes amis, et accessoirement – rarement – de mon club, mais ce n’est pas essentiel. Ce qui compte pour le club est que le jeune pratiquant recommande une activité, qu’il s’en fasse le prescripteur. Et s’il est fan, alors il devient ambassadeur de son sport et de son club.

On comprend mieux que le message traditionnel « Citius, Altius, Fortius » ne soit pas assimilé par les jeunes générations.

Comment amener les jeunes dans les clubs ?

Les solutions seront différentes selon l’âge considéré, mais il y a une constante : le besoin de communiquer. Internet, la vidéo et les réseaux sociaux ont bouleversé la notion de communication. Poster une photo est le premier pas mais il doit être suivi d’autres actions. Les moyens des clubs sont limités et leurs compétences en matière de communication est très faible pour la grande majorité d’entre eux.

Alors comment faire ?

Pensez que le sport est avant tout un jeu et que les jeunes ont envie de se retrouver. Si cela leur plait, ils deviendront ambassadeurs du club et la communication se fera grâce à eux. Des dizaines de possibilités s’offrent à vous. A chaque club sa solution.

Retrouvez des exemples de bonnes pratiques, des données détaillées et des liens sur la prochaine newsletter à paraitre le 2 mai prochain. Réservée à nos abonnés.

Thierry Nauleau

La page de l’émission Point de Vue > Montblanclive.com

Le site de l’agence Pop Rock > www.poprock-agence.com/

Les jeunes ne vont plus au ski !
Étiqueté avec :                                

Un avis sur « Les jeunes ne vont plus au ski ! »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :