Le besoin de soulager les bénévoles à l’origine d’une création d’emploi sur 3

Soulager les bénévoles est le besoin qu’un tiers de nos clients évoquent comme étant à l’origine de leur créations d’un premier emploi sportif. Dans plus de neuf cas sur dix, il s’agit d’encadrer la pratique sportive. Le besoin d’alléger la tâche des bénévoles administratifs est plus souvent exprimé dans les territoires ruraux. Là où la démographie ne permet pas le renouvellement des adhérents. Il y a une autre explication à ce décalage. Les cadres techniques, ont suivi une formation qui leur a permis d’enseigner la technique de jeu. Leur remplacement ne peut être fait au pied levé par le premier parent venu. Pourtant, un peu partout en France, les besoins sont tels qu’il n’est pas rare de trouver des parents qui aident à l’encadrement une activité sans le moindre diplôme ou certificat. Le choix d’une création de poste en soutien à l’encadrement technique devient alors prioritaire.

Les bénévoles administratifs se forment très souvent de façon autodidacte, « sur le tas ». La partie administrative requiert des connaissances et compétences de plus en plus pointues. Mais cette population est très hétérogène. Composée à la fois de bénévoles expérimentés, d’autres qui sont restés longtemps au service de l’association, mais qui ont exercé l’essentiel, pour ne pas dire la totalité de leur parcours de bénévole au sein d’une unique activité et parfois même d’une seule association, et de personnes novices.

La transmission se fait de bénévole à bénévole, mais pas dans l’esprit d’une formation des nouveaux venus.

Les conditions de pérennisation de l’emploi sportif

Lorsque l’on analyse les conditions dans lesquels des clubs sportifs ont réussi à s’affranchir des aides à l’emploi, il y a deux points qui sont prépondérants :

  1. La nécessité d’assoir économiquement le coût de l’emploi sur un nombre clé d’adhérents payants
  2. La capacité de développer le bénévolat autour de la fonction d’encadrement sportif.

Le rôle des bénévoles aux cotés de l’emploi sportif

Pourquoi ces clubs ont-ils développé le bénévolat ? La principale raison est que pour être efficace, un éducateur sportif doit être épaulé. Les bénévoles viennent relayer l’action de l’éducateur, sous son autorité et sa responsabilité. C’est même incontournable dès lors que le nombre de pratiquants à encadrer dépasse la centaine. Les fonctions d’encadrement des sportifs ou des équipes sont si variées et requièrent tant que disponibilité qu’il est nécessaire de planifier les besoins de formation en la matière.

Dans cette vidéo, un exemple de planification des besoins de formation.

Embaucher un éducateur sportif pour pallier le manque d’encadrants bénévoles ne permet pas d’exploiter au maximum la disponibilité et les compétences de cette personne. D’une part les pratiquants se concentrent sur les créneaux de fin de journée, du mercredi et du samedi. D’autre part il y a une limite à la capacité d’encadrement d’un groupe par un nombre restreint de personnes. Les clubs qui ont tenté cette approche, sans avoir pris en compte la nécessité d’atteindre le seuil critique du point de vue du nombre de pratiquants payants, ont dans le meilleur des cas rebondi sur un autre dispositif d’aide à l’emploi. Ce qui implique presque aussi souvent le changement d’éducateur sportif, car les aides à l’emploi les plus courues ont été des aides à l’insertion. C’est-à-dire des aides dont les critères sont attachés au profil du demandeur d’emploi qui en est bénéficiaire.

Les conséquences de la suppléance des bénévoles par un salarié

Dans le pire des cas, c’est un licenciement économique à l’issue des aides à l’emploi. Mais pendant les quelques années durant lesquelles l’association a bénéficié de la présence d’un éducateur salarié, la pression moins forte sur les bénévoles les conduit souvent à se désengager. Et ils ne sont plus motivés ni disponibles au moment où survient le licenciement. Bref la situation est parfois pire à l’issue de la création d’un premier emploi que si le club en était resté à un fonctionnement 100 % bénévole.

Acquisition de compétences et développement

Créer un poste pour acquérir de nouvelles compétences suppose par nature une approche liée au développement. Cela est particulièrement vrai pour les créations de poste où le profil recherché correspond à un diplôme d’état permettant d’enseigner contre rémunération. Le plus souvent les personnes qui disposent d’un tel profil ont également des compétences de formateurs des initiateurs et accompagnateurs en club.

Ce qui permet de réaliser des formations localement, lorsque les formations fédérales ne sont pas suffisamment décentralisées.

 

Voir aussi >>

La gestion des bénévoles

Pourquoi faut-il développer le bénévolat lors d’une création de poste ?
Étiqueté avec :                    

Une pensée sur “Pourquoi faut-il développer le bénévolat lors d’une création de poste ?

Laisser un commentaire