Jusqu’à présent, seuls les coachs indépendants et les marques proposaient des tutos de coaching sportif. William Lainé, entraîneur d’aviron à la SNHS (Draveil 91) a créé sa chaine YouTube l’été dernier et compte déjà plus de 500 abonnés (soit pratiquement le double que le nombre d’adhérents du club).

Les conseils semblent simples, pourtant ça marche. Il nous explique pourquoi.

William Lainé : Le point de départ est la rareté des informations de qualités sur internet concernant le rameur indoor. Tout le monde connait cette machine mais très peu de personnes savent l’utiliser. Je souhaite aider le plus grand nombre possible à utiliser ce formidable outil de préparation physique. Dans un deuxième temps cela me permet de savoir ce que les gens souhaitent que je leur apprenne. A terme je proposerais un programme d’entraînement pour aller plus loin mais qui celui-ci sera payant.

J’aime l’idée de travailler une seule fois et que le contenu soit accessible pendant des années en libre-service. Maintenant pour donner des conseils je n’ai plus besoin d’être présent. Il suffit que mes abonnés regardent mes vidéos et ils auront William chez eux. Plus ils auront de contenu, plus ils auront d’attention et plus je fidéliserai mon public.

Comment fais-tu pour les prises de vues ?

WL : Sans Patrick Dolbeau, qui filme et monte toutes les vidéos, je ne me serais pas lancé dedans. Patrick est un passionné qui ne compte ni son temps ni son énergie pour aider et mettre en avant la SNHS par tous les moyens. Patrick est très précieux pour moi et pour le club. C’est une pièce maitresse du projet.

Les vidéos sont-elles complémentaires de l’enseignement sur site ?

WL : Oui, les vidéos sont d’une plus grande qualité que les enseignements que je peux donner au club. Il est impossible dans le temps d’une leçon au club que je démontre et que je décortique le geste comme je le fais dans les vidéos. Chacun, avec les vidéos, a un cours personnel de grande qualité sur des points techniques précis. Il peut en plus le regarder plusieurs fois et dans n’importe quel endroit !!

La plupart des gens qui me suivent sur internet me disent que personne ne leur a déjà parlé de tel ou tel point technique. Moi le premier je n’ai pas le temps au club de le faire avec tous. Ce sont des conseils que je donne aux meilleurs athlètes avec qui je passe le plus de temps.

Qu’est-ce que cela apporte aux adhérents du club ?

  • De l’attention
  • Une possibilité de progresser techniquement
  • Une motivation supplémentaire pour travailler au sol et garder la forme
  • Du lien entre eux et moi car je suis le seul salarié pour les 270 adhérents.

La vidéo est donc un service complémentaire à l’offre du club ?

WL : La vidéo est un très bon outil pour faire progresser les adhérents. Il est plus facile de mettre en place des vidéos dans le cursus de formation que de faire progresser notre façon d’enseigner en club car plus couteux en temps et en moyens humains.

Les vidéos contribuent-elles à la fidélisation des pratiquants ?

WL : Nous avons traversé un moment difficile cette saison avec la crue. 4 mois sans pouvoir ramer c’est une catastrophe pour un club d’aviron dont le cœur d’activité est la pratique sur l’eau. Les vidéos sont tombées à point nommé, les gens ont continués à progresser malgré l’arrêt de l’activité sur l’eau.

Développer une structure c’est à la fois augmenter le nombre de nouveaux adhérents mais aussi garder un maximum des anciens. Pour cela vous devez utiliser les compétences internes à votre structure comme je le fais. J’ai des compétences dans le domaine de l’aviron et la préparation physique et Patrick dans la vidéo. Donc cela va de soi que nous devons travailler ensemble.

Il faut avoir une envie profonde d’aider les gens. Si cela transparait de manière sincère dans votre discours ou dans ce que vous faites, vous serez sur la bonne voie de la fidélisation.

L’entraineur est dans son rôle

Ce que nous dit William, c’est que la vidéo apporte de la précision et de la liberté à celui ou celle qui visionne sa vidéo. Elle vient en complément de l’activité club. Elle ne s’y substitue pas. C’est là toute l’importance de l’entraineur de club et sa supériorité sur les objets connectés et applications mobiles de coaching.

Cet exemple prouve que les clubs peuvent réagir et trouver des moyens de soutenir la concurrence du numérique.

Propos recueillis par Thierry Nauleau.

>> La chaine YouTube de William Lainé

lire aussi >>

Interview du labo du Skieur, comment personnaliser l’enseignement d’un sport ?

William, un coach online
Étiqueté avec :                        

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :